Ultimate D.N. Index du Forum
Ultimate D.N.

 
Ultimate D.N. Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: TEST tenkaichi 2 ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Ultimate D.N. Index du Forum -> Les jeux video -> PS2
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
samirou
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2007
Messages: 24
Masculin Lion (24juil-23aoû) 龍 Dragon
Point(s): 70 023
Moyenne de points: 2 917,63

MessagePosté le: Dim 15 Avr - 14:47 (2007)    Sujet du message: TEST tenkaichi 2 Répondre en citant

DBZ budokai tenkaichi 2



Plate-forme : PlayStation 2 (PS2)
Etat du jeu : Disponible
Date de sortie française : 27 octobre 2006
5 octobre 2006 (Japon)

Genre : Combat
Catégorie : Dragon Ball
Multijoueur : 1 à 2

TEST TENKAICHI 2

Nul amateur de manga n’a jamais imaginé pouvoir un jour prendre en main une copie quasi conforme de Dragon Ball Z et après de nombreuses expérimentations – plus ou moins réussies – ce sont les studios japonais de Spike qui semblent avoir trouvé la formule la plus au point. Après un DBZ Budokai Tenkaichi de très bonne teneur, les fans étaient donc légitimement avides d’une suite qui, sans vouloir gâcher la surprise, corrige certains défauts de son modèle pour une copie encore plus proche de la perfection tant recherchée…

Pour sûr, DBZ Budokai Tenkaichi était une véritable surprise qui, fort de sa réalisation hyper soignée et de son approche perfectionniste du combat au sens où la série de Toriyama l’entend, avait réussi le pari de faire ressurgir le plus pur esprit DBZ dans un jeu vidéo. Les Super Sayiens s’y affrontaient dans de grandes arènes ouvertes à haut rythme de frappes et à une vitesse démentielle… l’ensemble étant générateur de tant de plaisir, il était alors difficile de tenir rigueur au titre de quelques défauts pourtant existants. De quoi donner matière à Spike pour travailler sur cette suite qui, tout en corrigeant et en affinant quelques paramètres, sait en partie renouveler le contenu du jeu pour éviter aux fans de se poser la question de la nécessité – ou non – de délaisser DBZ BT pour passer illico presto sur le second opus.


"DBZ et le jeu vidéo", l’alibi à l’origine d’une surabondance de titres cabotant entre catastrophes vidéoludiques et mauvais jeux. Amateurs de mangas et simples adorateurs de jeux de baston n’avaient donc jamais eu vraiment l’occasion de fusionner avant l’arrivée de Budokai Tenkaichi, seul jeu du marché à offrir suffisamment à ces deux catégories de joueurs pour mettre tout le monde d’accord. Budokai Tenkaichi 2 (BT 2) n’est en fin de compte – excusez l’euphémisme – qu’une couche supplémentaire au nappage de son modèle. Mais tous les gastronomes vous le diront, le moindre ingrédient peut faire une énorme différence dès lors que l’on s’attaque à la crème de la crème. Une métaphore culinaire vaseuse plus tard, il convient de rendre hommage au cœur de ce BT 2 qui peaufine – comme si c’était nécessaire - la technique de son grand frère. Avant même de penser à jouer, difficile d’échapper au rituel du punching-ball des premiers affrontements lamentables mais ô combien rassurants pour les yeux. Couleurs vives, modélisation précise, animation sans faille, cell-shading mesuré et surtout, des caméras dynamiques remaniées. Si la patte graphique n’a pas vraiment évolué d’une année sur l’autre, la gestion des angles de vue a été particulièrement travaillée. Et ça tombe plutôt bien quand on sait qu’il s’agissait là d’un des principaux défauts de son aîné sur le long terme.


Dans le jeu, on retrouve avec plaisir toute la domination des Sayiens sur le monde qui les entoure. A grands renforts de Ki – cette mystérieuse énergie incroyablement puissante – les guerriers de DBZ se déplacent donc toujours à très vive allure, n’ont que faire des structures qui les séparent de leur cible et balancent combos dévastateurs et kaméhaméhas à tour de bras. Une démesure de tous les instants qui renvoie avec exactitude à l’univers DBZ couché sur papier par Toriyama le mangaka. Démesure, violence et courage, trois thèmes dominant chaque combat parfaitement orchestré par le jeu. Des joutes surhumaines longues et âpres qui forceront le joueur à se servir de son environnement comme d’une arme pour esquiver, se ressourcer ou carrément prendre à revers son opposant. Une sensation réelle de liberté, décuplée encore par des arènes dont la superficie a été légèrement revue à la hausse. Une donnée rendue possible grâce à un savant jeu de transparence, dont le placement des caméras bénéficie. Le joueur voit donc sa visibilité augmenter d’autant, ce qui facilite l’efficacité de son déplacement, qu’il s’agisse de foncer au sol sur son ennemi poings en avant, de fendre l’air pour le surprendre ou encore de finir sou l’eau, juste pour travailler son style.

Démesure, surhumain, domination, autant de termes qui suggèrent un spectacle de tous les instants. Et là encore, BT 2 tient ses promesses, distillant à merveille ses effets visuels et profitant d’une dynamique des affrontements à toute épreuve, ce qui était loin d’être gagné quand les combats des jeux de baston en 3D plafonnent en moyenne à 45 secondes et que BT 2 fait durer ces affrontements pugilistiques pendant de longues – parfois très longues – minutes, avec une altération progressive des vêtements de nos chers combattants qui disposent en outre de la capacité à se transformer à tout moment. Il suffit d’imaginer qu’en assénant une attaque ultime, c’est carrément l’aire de combat complète qui se retrouve anéantie, obligeant le duel à se terminer dans un décor de ruines apocalyptiques. Ahurissant !


Mais sans maîtrise la puissance n’est rien, et BT 2 fera vite la démonstration qu’un assaut bien mené n’est pas l’apanage d’une démonstration de force singulière. Ruse, optimisation de ses déplacements, mise en route de combos directifs, utilisation des contres et gestion de l’effort sont autant de variables qui peuvent à tout moment faire tourner la roue. Prendre les bonnes informations grâce au radar devient donc rapidement indispensable à sa survie, car plus que tout autre titre du genre, BT 2 fait honneur à la liberté de mouvement et sa conceptuelle approche du chat et de la souris confère au jeu un charme indéniable. Long sera donc l’apprentissage de toutes les subtilités d’un gameplay en apparence pourtant si accessible. Le tutorial et la pratique aidant, les réflexes s’acquièrent finalement assez rapidement, et il est indispensable de maîtriser l’ensemble des possibilités du titre pour en profiter pleinement. Car une fois bien en main, ce n’est pour ainsi dire que du bonheur.


Heureusement pour les fans, le jeu garde dans ses grandes lignes la même approche assez élitiste – il faut l’avouer – que le premier épisode. Si vous pensiez insérer la galette dans votre PS2 et balancer comme Sangoku au premier coup de pad, il est fort probable que vous vous soyez fourvoyé dans le choix du jeu. Distribuer ses meilleurs enchaînements avec cupidité sans jamais sous-estimer son adversaire et donc conserver une garde efficace quelle que soit la situation sont les deux préceptes principaux à ne perdre de vue en aucun cas. C’est alors qu’à force de patience, les meilleurs combos font leur apparition, permettant au joueur de poursuivre un enchaînement débuté au sol mano à mano dans les airs, avant de faire replonger le corps meurtri de son adversaire au sol tout en lui assénant une salve de coups puissante et perpétuelle. Des scènes qui, présentées comme un véritable manga animé, développent une corrélation rarement aussi jouissive entre le martelage des boutons de sa manette et le résultat affiché à l’écran. Gros apports de ce nouvel opus, la gestion des contres et des esquives qui est bien meilleure et qui autorise – toujours avec autant de doigté – à enfin pouvoir faire face à ces attaques spéciales, les Kikoha.


Le souci du détail des équipes de Spike les a également poussé à revoir le nombre de combattants à la hausse, et nous voilà donc en possession de 75 avatars différents, tous issus de l’univers DBZ, sans compter le nombre de transformations différentes de ceux-ci qui porte le total à quelques 129 pugilistes… une donnée limite indécente, surtout que seuls 25 persos sont accessibles au départ, je vous laisse calculer la durée de vie du soft pour les maniaques qui souhaiteraient tout débloquer. Petit regret toutefois, l’inégalité des forces qui se fait encore plus présente mais sachant qu’il s’agit là d’une caractéristique explicite dès le départ dans l’œuvre de Toriyama, puisqu’il faut toujours un plus fort et un plus faible, nous acceptons relativement facilement ce détail. Surtout que la ruse peut se faire la balance de la force. Enfin, concernant l’exhaustivité des modes de jeux, il y a de quoi bien occuper son temps principalement entre un mode Histoire particulièrement bien remanié, un mode Tournoi toujours aussi radical et un mode Combat Ultime qui propose une multitude de parcours à débloquer. A noter enfin qu’au-delà des musiques d’ascenseur non officielles, le choix est laissé de pouvoir opter pour les voix en version japonaise originale avec sous-titrage, une aubaine pour les puristes. Au final, BT 2 s’impose d’office comme l’indispensable de tout fan de DBZ tout en proposant aux amateurs de jeux de baston une vraie alternative fraîche et très complète aux sempiternels Tekken, Virtua Fighter et autres SoulCalibur…

Notes :

Graphismes 17/20
Cel shading toujours aussi bien exploité
Graphisme identique à tenkaichi 1.

Jouabilité 16/20
Un petit temps d'adaptation est nécessaire,

Durée de vie 16/20
Le mode Histoire offre à lui seul une durée de vie impressionnante.

Bande son 10/20
Sans conteste le point noir du jeu...

Scénario 15/20
Là où le précédent volet ne faisait que survoler l'histoire dans ses grandes lignes, Tenkaichi 2 s'attarde longuement sur chacune des périodes de cette longue série, grâce à un mode scénarisé de façon très fidèle à l'oeuvre originale.

Note Générale 16/20
Beau, complet, précis et profond, les adjectifs de qualité ne manquent pas pour décrire l’expérience proposée par ce DBZ Budokai Tenkaichi 2. Une suite qui repousse habilement les limites de son prédécesseur tout en conservant son essence. Une réussite sobre et très pro, qui relève d’un travail de passionnés chevronnés. La nouvelle référence des jeux estampillés DBZ, sans hésitation possible.

_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 15 Avr - 14:47 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Ultimate D.N. Index du Forum -> Les jeux video -> PS2 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Texno x0.3 © theme by Larme D'Ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com